Le test détaillé de la Brooks Cascadia 16

Les trail-runners les plus expérimentés, ceux qui courraient les sentiers dans les années 2000, connaissent bien la Brooks Cascadia. C'est une des chaussures de trail historiques, de celles que les premiers coureurs de l'UTMB portaient à l'époque. Elle évolue régulièrement, tout en conservant ce qui a fait son succès. Voici notre test détaillé de la Brooks Cascadia 16.

S'il y a quelques modèles qui ont contribué, ou du moins accompagné, l'essor du trail running, la Brooks Cascadia en fait partie. Pensée à son origine en 2005 par le grand coureur américain Scott Jurek (il remporta la mythique Western States Endurance Run, cette course américaine de 100 miles, 7 fois de suite), elle fût en effet une des premières chaussures de running spécifiquement pensée pour les sentiers techniques.

Présentation de la Brooks Cascadia 16

Les Brooks Cascadia 16

Les Brooks Cascadia 16, photos Brooks

Cette nouvelle version dont on vous présente le test aujourd'hui, la Cascadia 16, reprend l'ADN du produit, celui d'une chaussure pensée pour les longues distances sur tous les terrains. Annoncée pour un poids de 300g dans la pointure de référence (42.5), et 270g pour le modèle féminin (pointure 38), la chaussure est en phase avec ce qui se fait dans la catégorie des chaussures "d'Ultra Trail".

Son drop de 8mm est dans le bon compromis entre confort et, on l'espère, de bonnes qualités dynamiques.  Elle ressemble assez à la Brooks Divide (voir notre présentation) que l'on aurait renforcée sur les flancs et sous la semelle pour augmenter sa longévité. Le "Ballistic Shield", une plaque de protection sous le pied, est d'ailleurs présent sur les deux modèles.

Brooks Cascadia 16 - Vue de profil

On peut voir ici assez nettement la semelle intermédiaire qui remonte assez haut à l'arrière, et les renforts latéraux sur l'avant.

Voir aussi le test des Brooks Caldera 5

Si vous connaissez le modèle précédent, la Cascadia 15, voici à fin de comparaison les nouveautés et évolutions apportées sur la nouvelle Cascadia 16 :

Selon les informations données par la marque, l'amorti est 10 % plus doux et 20 % plus léger que sur la Cascadia, grâce à la technologie DNA LOFT v2 que l'on retrouve aussi sur le modèle route que nous avons testé, la Brooks Glycerin 19. La semelle est aussi plus épaisse de 2 mm ce qui devrait apporter, espérons le, plus de confort à la chaussure. On peut aussi constater l'ajout de rainures de dégagement sur les côtés tout le long, au niveau de la semelle intermédiaire, afin de permettre à la chaussure de mieux s’adapter aux terrains accidentés.

Brooks Cascadia 16, modèles Femme et Homme

Femme à gauche, Homme à droite

Test terrain des Brooks Cascadia 16

Au premier contact la chaussure inspire confiance. Sur l'avant du pied le mesh semble semble suffisamment robuste pour tenir la durée, avec une double couche de matière. Le mesh qu'on peut voir de l'extérieur, et la doublure à l'intérieur contre le pied. Comme il s'agit d'une chaussure destinée aux terrains plutôt techniques et les longues courses, les flancs sont nettement renforcés d'une couche assez épaisse de plastique dur. On se sent clairement plus en sécurité que sur, par exemple, une Hoka SpeedGoat qui est une chaussure qui vise pourtant le même usage. Il faudra voir à l'utilisation après quelques centaines de kilomètres.

Accroche sur le gras de la Brooks Cascadia 16

Lorsqu'on enfile la chaussure, les premières impressions sont confirmées. On se sent en sécurité, le pied est bien maintenu. La chaussure taille comme il faut en longueur, mais peut-être que certains coureurs se sentiront un peu serrés. Sur l'arrière, le maintien est bon et présage d'un bon comportement en dévers. C'est d'ailleurs ce que l'on constate lors des premières foulées. On apprécie d'ailleurs la variété de réglages possibles sur le haut de la tige, ce sont deux paires d'œillets supplémentaires qui permettent d'ajuster le laçage comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.

Languette et lacets de la Brooks Cascadia 16

Sur le plan dynamique

Avec un drop de 8mm, on est sur une chaussure qui devrait convenir à toutes les foulées, mais au delà, c'est la meilleure option pour une chaussure d'Ultra Trail qui se doit d'être polyvalente. Ceci pour dire que la Cascadia n'est clairement pas la chaussure la plus dynamique que nous avons eu la chance de tester. Il va sans dire que la Brooks Cascadia 16 n'est pas aussi bondissante que l'incroyable Salomon S/Lab Pulsar, mais sans être aussi caricatural on vous suggèrera plutôt de choisir la Brooks Caldera 5 que nous avons testée en début d'année si vous souhaitez faire un chrono sur un trail de 40km (même technique) tout en gardant du confort.

A l'inverse, et c'est là que la Cascadia se démarque, c'est une chaussure très rassurante sur tous les terrains. Le pied est bien tenu. Il ne dérive pas en dévers, principalement du fait de la tige assez "étroite" (relativement), mais aussi grâce à différents détails qui tendent à sécuriser la pose du pied. La semelle intermédiaire remonte assez nettement à l'avant du talon, l'empeigne est complétée de petite tiges / lamelles sur les flancs qui ont pour effet de stabiliser le pied dans l'axe. Pour compléter le tout, la semelle n'est pas trop molle ce qui évite cette sensation qu'on peut trouver ailleurs où le pied aurait tendance à louvoyer sur les terrains chaotiques.

Grip en montée / roche. Brooks Cascadia 16

A l'inverse, puisqu'on parle de l'amorti, la Cascadia ne sera pas la meilleure chaussure pour vous accompagner sur des parcours très roulants, nous pensons par exemple à une course comme l'Ecotrail de Paris ou encore la Saintélyon, où vous pourriez sentir un peu trop l'impact de votre foulée. Même si la marque communique sur une semelle plus épaisse que celle du précédent modèle. Cette chaussure est d'abord une chaussure d'Ultra Trail où on marche aussi beaucoup.

Un point sur l'accroche

La semelle de la Brooks Cascadia 16

La semelle extérieure de la Cascadia 16 est assez crantée, mais avec un dessin plutôt destinée à la caillasse qu'à la terre grasse des forêts.

Nous n'avions pas un excellent souvenir des précédentes version de la Cascadia sur le plan de l'accroche. La gomme n'était peut-être pas si bonne, ou bien le dessin des crampons insuffisamment marqué. ici, Brooks a sensiblement revu sa copie avec des campons plus épais mais aussi avec une surface de contact au sol un peu plus importante. Cela a pour effet d'offrir une plutôt bonne accroche sur la terre humide, mais surtout aussi sur la roche là où des chaussures  à la semelle plus agressive peinent un peu plus. Nous pensons par exemple à la concurrente historique de la Cascadia, la dernière Asics Trabuco 9 que nous avons aussi testée. La plaque de protection intermédiaire sous le pied, contre les pierres, est toujours présente (Ballistic Shield, la partie orange sur la photo de la semelle ci-dessus). C'est une des autres qualités de la chaussure, d'ailleurs.

L'avis RunMag

La marque Brooks est un mastodonte en ce qui concerne les chaussures de running. Aux Etats-Unis, la Brooks Ghost est la chaussure de running la plus vendue, c'est dire. En France, la marque n'est pas aussi présente, encore moins dans le trail alors que ce modèle historique résonne grandement aux oreilles des coureurs de l'ancienne génération. En réalité, elle mériterait plus de notoriété chez les plus jeunes. Cette Brooks Cascadia 16 a conservé ses qualités, une chaussure de trail destinées aux longues distances, sur des terrains pas forcément roulants, au contraire. On aime son chaussant assez proche du pied, son excellente stabilité, sa semelle qui a évolué en bien. La Brooks Cascadia 16 est une chaussure dans lesquelles on se sent en sécurité. Sa souplesse, son amorti, ne sont pas ses qualités premières mais les courses pour lesquelles elle a été pensée ne permettent de toute manière pas courir sur de très longues sections.