Le test complet des nouvelles Salomon S/Lab Genesis

Après les Salomon S/lab Pulsar lancées il y a un peu plus d'un an, la marque nous présente en cet été 2022 la S/Lab Genesis, une nouvelle chaussure qui se démarque nettement de la concurrence par son originalité et la technicité qu'elle intègre. Nous avons eu la chance à la rédaction de recevoir un échantillon à tester. Après une centaine de kilomètres de sentiers, voici notre avis détaillé de la Salomon S/Lab Genesis.

Première chose, dès les premières images d'ailleurs, et à l'ouverture de la boite, on est étonné par le look du produit, qui surprend pour une chaussure Salomon. S'agirait-il d'un changement dans l'approche stylistique dans les bureaux d'Annecy ? Comme la S/LAB Pulsar qui est grise (gris foncé pour la S/LAB Pulsar SG), cette Genesis est beaucoup plus discrète sans le rouge emblématique de la marque. Les quelques avis déjà émis sur les réseaux sociaux montrent d'ailleurs un peu de scepticisme des fans de la marque. En ce qui nous concerne, on trouve que c'est plutôt efficace, original et plaisant.

Les caractéristiques techniques

Les Salomon S/Lab Genesis

Logo S/LAB, empeigne Matryx, et look assez éloigné de ce à quoi nous a habitué Salomon.

La marque reconduit l'expérience Matryx. Le tissu de la marque française Chamatex dispose d'une certaine notoriété, la preuve en est son utilisation sur les modèles haut de gamme Hoka comme Salomon. Les qualités principales : robustesse, légèreté, et respirabilité. Le prix est sans doute là, et même si ce tissu n'en est pas responsable, les 190€ annoncés pour cette Genesis freineront peut-être du monde.

La Salomon S/Lab Genesis, vue de côté

Une courbure de semelle assez marquée, qui laisse présager d'une bonne dynamique. Un pièce/patch sur le coté du talon.

On remarquera ce patch, plutôt surprenant de prime abord, et qui ressemble presque à un ajout de dernière minute. Il apporterait du maintien, peut-être pour corriger le tir de la Pulsar qui manquait de stabilité, même si la tige ici est nettement plus structurée, comme la languette qui possède un rembourrage marqué.

Le poids : nous avons pesé la chaussure droite à 263g. C'est plutôt léger en regard de la cible du produit, une chaussure à visée polyvalente, pour les longues distances voire l'Ultra. La concurrence traine facilement 20-30g de plus par pied. Pour le reste des caractéristiques techniques, pas d'info pour l'instant concernant le drop, probablement autour de 6mm, ni sur l'épaisseur de la semelle.

Cette épaisseur de semelle est, selon nous, de moins de moins parlante. En terme de technologie, cela a tant évolué ces dernières années que les mousses peuvent être à la fois épaisses et très légères. Nous verrons sur le test ce que cela donne en dynamique. Pour terminer sur la mousse, il s'agit d'une variante de ce qu'on a déjà testé sur les Salomon UltraGlide. La Pulsar, elle, utilise une version plus radicale et conforme à son objectif de performance / vitesse.

La Salomon S/Lab Genesis utilise du Matryx sur le dessus

Un chausson intégré, le système habituel QuickLace, et une bande pare-pierres.

On a un chausson intégré, comme sur les Pulsar, mais nettement plus tolérant. Tous les testeurs sont d'accord pour dire que les Pulsar sont difficiles à chausser (voire impossible), c'est beaucoup mieux ici avec les Genesis. Là où le chausson devait aussi maintenir le pied dans la Pulsar, ici la Genesis dispose d'une épaisse bande de TPU tout autour du talon pour rigidifier l'ensemble. On remarque, à nouveau, ces étranges "patchs" sur les cotés extérieurs. On peut supposer qu'ils contribuent à la stabilité.

On note aussi la présence d'une ceinture à la jonction entre le Matryx et la semelle intermédiaire. Salomon s'est clairement donné un objectif de durabilité sur le produit. Du côté de la semelle extérieure, même si le label "contagrip" est apposé sur les flancs, la marque nous a dit que la gomme avait fortement évolué, un sujet sur lequel Salomon n'était pas des meilleurs. C'est effectivement ce point, parmi d'autres, que nous allons tester : l'accroche.

Les crampons de la Salomon S/Lab Genesis

Des campons pas tout à fait "softground" en terme de relief, mais avec un espacement assez marqué. On est dans la typologie Ultra et/ou polyvalence.

Le test des S/LAB Genesis

La Genesis conserve le fit typique de Salomon, assez près du pied sur toute la longueur. Sans doute fallait-il rester dans l'ADN de la marque, surtout qu'il s'agit d'une S/Lab. Le laçage se fait par quicklace, une solution largement éprouvée, avec le petit rangement en haut de la languette. On aime ou on n'aime pas. Parlant de languette, elle est étonnamment rembourrée sur le haut, ce qui apporte un certain confort.

Le test des Salomon S/Lab Genesis

Le test de la S/LAB Genesis !

On l'avait déjà constaté en manipulant la chaussure, la semelle intermédiaire est assez molle. Cela semble devenir une règle, initiée par les UltraGlide et les Pulsar avec lesquelles les Genesis partagent la technologie de mousse. Le pied est bien calé par la combinaison du chausson et des renforts latéraux sous la cheville. On se sentira, éventuellement les pieds forts, un peu à l'étroit à la base des méta-tarses, là où les lacets se terminent sur le dessus (P.S, la sensation a disparu après quelques sorties).

Le critère majeur sur les longues distances, en Utra-Trail, c'est le confort. Très vite on est séduit avec ces S/LAB Genesis. Le pied est fermement maintenu et la souplesse de la semelle est plutôt agréable. Pour autant, cette même semelle n'est pas dépourvue de tonicité, c'est même étonnant. Ce sont des qualités que l'on retrouve en général sur les chaussures de route, et ce n'est pas commun sur une chaussure de trail pensée pour les longues vadrouilles. Comme prévue, la cambrure de la semelle joue son rôle à la relance du pied. L'ensemble est efficace, et sans aller jusqu'à offrir les qualités d'une S/LAB Pulsar, la Genesis pourrait aussi plaire sur les courtes distances, et typiquement, un maratrail.

Le test des Salomon S/Lab Genesis

L'autre sujet sur lequel on attendait cette nouvelle S/LAB, l'accroche. Nous n'avons jamais été très convaincu par la technologie Contagrip, mais c'est ici une bonne surprise. La semelle n'a pas été prise en défaut lors des près de 100km du test. Nous sommes en été, et l'accroche n'a pas pu être testée dans le gras, mais la semelle nous a mis en confiance. Cette gomme n'a pas à rougir devant Vibram, ou le Asics Grip qui est excellent (voir les dernières Asics FujiSpeed en test). La chaussure reste aussi une Salomon S/LAB. En cela, la pose du pied au sol est précise, le pied ne bronche pas, et la stabilité est très présente même en dévers.

Le test des Salomon S/Lab Genesis

Après une centaine de kilomètres de test.

On émettra un bémol, peut-être, pour les pieds forts. Quelques rougeurs sont apparues à la base du talon, sur l'intérieur et sur les deux pieds, à l'occasion d'une sortie longue de 30km. La faute peut-être à la semelle de propreté par encore totalement faite à notre pied. On ne peut pas non plus exprimer d'avis sur la longévité du produit, cette qualité mise en avant par la marque pour la Genesis. Il faudra attendre quelques mois pour avoir des retours là dessus.

L'Avis RunMag

Salomon surprend avec ces S/LAB Genesis. Un look qui dénote (en bien) au regard des précédents modèles, une approche moins élitiste que les habituelles S/LAB, une cible sensiblement plus polyvalente aussi. Pensée pour les longues distances, ou les sorties sur plusieurs jours, on apprécie également ses qualités dynamiques et la précision dans la pose du pied qui la rendent efficace sur de plus courtes distances. La présence du Matryx devrait annoncer une bonne durabilité, à suivre. Au final, un excellent ressenti sur le produit, de très bonnes sensations sur le terrain, et du plaisir à courir avec le produit. Le prix est évidemment conséquent (190€), mais si la longévité est bien là comme annoncée, c'est assez relatif.