Les Adidas 4D FWD, le test RunMag !

Adidas fait partie des marques les plus innovantes dans le monde du running. C'est évidemment un grand groupe qui a les moyens d'investir en R&D, de développer de nouveaux produits, mais pas seulement. Il y a aussi un ADN de l'innovation chez la marque Allemande, et cette nouvelle Adidas 4D FWD le montre. Nous avons eu le privilège de tester cette nouvelle running étonnante, en avant première. Voici notre présentation détaillée des Adidas 4D FWD.

Adidas présente aujourd'hui la 4D FWD, une chaussure qui intègre sa toute dernière technologie de semelle 4D. Elle a sensiblement évolué par rapport à ce qui existait sur les modèles précédents comme les Adidas 4D Run. Si on peut le décrire ainsi, le maillage de l'impression 3D utilisée est différent de la précédente version. Il s'agit ici d'une évolution de ces semelles intermédiaires imprimées en 3D et basées sur des plans pensés pour optimiser la transition de la foulée à l'impact, vers l'avant du pied.

Les Adidas 4D FWD

Les Adidas 4D FWD

La Adidas 4DFWD est née d'un long processus de 4 années où la marque a développé et fait évoluer cette semelle intermédiaire 4D "en treillis". Le résultat, cet élément que la marque appelle le FWD CELL, en forme de nœud papillon et composé à 39 % de matériaux d'origine biologique, a été spécifiquement pensé pour se comprimer vers l'avant lors d'un impact vertical. La semelle accompagne le pied en transmettant l'énergie de l'impact dans le sens naturel  de la foulée.

Vue 3 quarts arrière de la Adidas 4D FWD

Notre zoom sur l'arrière de la semelle au niveau du talon permet de voir la structure 4D. Sur une autre photo plus bas, la semelle se déforme nettement lors de l'appui de la foulée.

Selon les tests mécaniques réalisés par la marque, cette nouvelle Adidas 4DFWD génère une impulsion vers l'avant trois fois plus intense que les générations précédentes de ces semelles. De façon corrélée, l'impression de "freinage" ressentie par un athlète pendant sa course est réduite de 15 %. Le rôle de la semelle intermédiaire est de transformer ces forces d'impact verticales en un mouvement horizontal, et surtout vers l'avant. C'est efficace, au moins autant (d'après la marque) que la technologie Ultraboost ce qui laisse présager du meilleur.

Note: découvrez  notre test des Adidas UltraBoost 21, le modèle qui utilise "l'autre" technologie phare Adidas.

Caractéristiques de cette Adidas 4D FWD

La semelle intermédiaire de la chaussure est donc composée d'une structure en treillis offrant 23 % d'amorti supplémentaire et, quand on la compare aux précédentes générations de semelles intermédiaires 4D soumises à un appui vertical en conditions de tests mécaniques, elle génère un mouvement 3x plus intense. C'est le coeur du produit, cette semelle intermédiaire FWD CELL en forme de nœud papillon redirige l'énergie de chaque foulée, dès l'impact, pour la transformer en mouvement horizontal.

Adidas 4D FWD, zoom sur la tige et le mesh de la chaussure

Zoom sur la tige et le jonction PrimeKnit+ / Semelle 4D

On note aussi une tige en PrimeKnit+ à partir de polyester recyclé, en chausson, et plus classique au regard de ce qui se fait dans l'industrie du running. Pour protéger l'ensemble, une semelle extérieure en caoutchouc pensée pour laisser le maximum de liberté à la semelle intermédiaire.

Pour terminer la présentation factuelle, cette Adidas 4DFWD sera disponible dans trois coloris spécifiques, dont l'un d'entre eux, Tokyo Collection, a été spécialement créé en prévision des JOs de Tokyo, cet été. Lancée d'abord dans un coloris noir et rouge solar red, l'Adidas 4DFWD sera dans un premier temps proposée aux membres du Creators Club, le 15 mai. Le coloris Tokyo Collection sera quant à lui disponible à partir du 1er juillet, puis un lancement mondial aura lieu le 12 août.

Le test des Adidas 4D FWD

Avec un poids annoncé de 333g en taille 42.5, cette Adidas 4D FWD n'est pas une chaussure légère si on la compare avec ce qui se fait aujourd'hui dans le running. En effet, on descend désormais sous la barre des 300g. Pour autant, comme nous l'avons déjà dit, ce n'est pas un élément dimensionnant dans le choix d'une chaussure de running. Les écarts restent minimes et ce n'est pas là que se fait la différence si on considère qu'une chaussure doit avant tout être confortable. Nous ne visons pas tous les records.

Le drop de 11mm (32.5mm au talon, 21.2mm au niveau des métas) est en phase avec la cible de la chaussure, qui vise des coureurs qui recherchent avant tout du confort. Cela peut éventuellement perturber les plus performants d'entre nous qui préfèrent les chaussures à faible drop, mais nous n'avons pas trouvé que ces 11mm posaient problème. Au contraire.

Test des Adidas 4D FWD, run !

La compression de la semelle nettement visible ici sous la pression du pied et du poids du coureur.

Les sensations apportées par cette 4D FWD sont étonnantes. La chaussure est très confortable, le chaussant assez large et très agréable. A l'arrêt la semelle est très souple et presque molle et amplifie encore le confort du chausson. Petit bémol, si vous avez le pied fin vous trouverez qu'il faut franchement serrer les lacets au risque de ne pas être assez maintenu. Dans l'ensemble cependant les premières impressions sont très bonnes.

En dynamique de course et surtout lorsqu'on accélère, la chaussure se comporte différemment de ce qu'on aurait pu imaginer. L'amorti reste toujours bien présent au niveau du talon, mais il semble que la structure 4D de la semelle joue son rôle en basculant la pression du pied et sa dynamique sur la partie avant de la semelle.

Test des Adidas 4D FWD, profil

Lors du déroulé du pied, l'énergie accumulée lors de l'impact transite sur l'avant en compressant la semelle.

Contrairement à ce que nous aurions pensé de prime abord les Adidas 4D FWD ne sont pas des chaussures qu'on recommande pour les longues distantes comme le marathon. Au contraire, on les prédestinera aux 10km, jusqu'au semi- marathon, et pour les personnes qui ont déjà un peu d'expérience de la course à pied. En effet, le contraste entre la souplesse de la semelle et la tonicité à l'avant du pied peut surprendre. Elle sera aussi assez agréable pour les coureurs qui ont une foulée talonnante, si on considère le drop de 11mm.

L'Avis RunMag

C'est toujours un plaisir de découvrir une innovation technologique. La semelle 4D de la marque aux 3 bandes ne date pas de cette année, mais c'est la toute dernière version que nous venons de tester et il faut dire que les sensations sont étonnantes. A l'arrêt, c'est la souplesse et le confort général de la chaussure qui surprend. En course à l'inverse, la chaussure est tonique. L'amorti est bien là sous le talon mais la dynamique de l'avant du pied est notable. Autre point à considérer et tout à fait recevable lors du choix d'une chaussure : le look. On aime assez cette semelle qui est aussi étonnante visuellement.