Suunto annonce la Suunto 9 Peak Pro, nous l'avons testée !

Près de 18 mois après la S9 Peak, Suunto annonce aujourd’hui la S9 Peak Pro, nouvelle déclinaison de son modèle haut de gamme. Cela fait quelques mois qu'un de nos rédacteurs a eu la chance de tester cette S9 Peak Pro. Elle sera disponible le 25 octobre au prix de 499€, ou 629€ en version titanium.

Avant d'aller plus loin, nous en profitons pour annoncer le lancement de notre comparateur rundeals.fr qui liste (en particulier) les bons plans sur les Suunto 9 Peak Pro. RunDeals, un service développé par RunMag !

En apparence, rien de change

De l'extérieur, rien ne semble la différencier de la Suunto 9 Peak : le même boîtier plutôt élégant, très fin (10.6mm), léger (62g) et robuste qui a fait ses preuves est reconduit tel quel.

Suunto 9 Peak Pro

On retrouve les 3 boutons sur le côté droit couplés à l’écran tactile, combinaison que l’on connaît sur toutes les S9 depuis quelques années.

Suunto 9 Peak Pro

Les bracelets interchangeables restent les mêmes, tout comme le capteur optique, qui mesure aussi la saturation oxygène SPO2.

Suunto 9 Peak Pro

Un petit regret sur l’écran qui reste strictement identique à celui de la S9 Peak, et qui va finir par faire âge : toujours campé au milieu d’une bordure assez épaisse, il affiche la même taille (1.2”) et la même résolution (240x240) sans gagner en contraste.

Suunto 9 Peak Pro

Comme pour la Suunto 9 Peak testée ici, et maintenant l’ensemble de la gamme Suunto, la Peak Pro est entièrement conçue et assemblée en Finlande, à base d’énergie renouvelable. C’est dans l’air du temps, et Suunto communique dessus, à raison. On se demande comment l'usine fonctionne lorsqu'il n'y a ni vent, ni soleil, mais soit.

Le changement, c’est dedans

Qu’apporte ce nouveau modèle en apparence identique au précédent?

Suunto 9 Peak Pro

Tout d’abord l’autonomie passe de 24h à 40h en suivi GPS, avec en plus l’utilisation simultanée des tous les systèmes satellites (GPS, Galileo, Glonass..). Cela évite de se demander lequel est le plus efficace, et permet d’avoir des traces GPS plus précises dans les environnements difficiles (immeubles hauts, forêt…). Ce n’est pas le même principe que sur les Coros Vertix 2 ou Garmin Fenix 7 et leur GPS bi-bande, mais la différence sera alors limitée.

Suunto 9 Peak Pro

La série des Suunto 9 (Peak, Baro…) a souvent été critiquée pour des lenteurs à l’utilisation, un manque de fluidité général. Suunto a donc pris le parti de muscler le processeur sur la S9Peak Pro afin de gommer ce défaut.
La navigation, les changements d’écrans, d’affichage: tout est plus fluide, et plus agréable à utiliser.

Suunto 9 Peak Pro

La dernière surprise vient de l’interface, revue, pour devenir plus simple d’utilisation. Tous les éléments des menus ont été revus, modifiés, et ré-agencés pour certains. La surface d’affichage est mieux utilisée, et c’est encore plus parlant lors des activités: Suunto a abandonné sa police d’écriture certes élégante, mais très fine, et peu lisible sur un écran de cette taille, pour reprendre une interface proche de celle de la Suunto 7. Les caractères sont plus gros, plus lisibles. En pleine activité, le gain en confort par rapport à la S9 Peak est appréciable.

Suunto 9 Peak Pro

La puissance au poignet

Suunto se met au niveau des concurrents en proposant la puissance au poignet sur la S9 Peak Pro. La marque finlandaise arrive même à coiffer Garmin sur le poteau en proposant cette fonctionnalité avec la montre, alors que le géant américain ne l’a sorti qu’en version beta la semaine passée sur les Fenix 7.

A l’instar des Coros ou Polar, La S9 Peak Pro pourra donc donner une valeur de puissance lors des entraînements, sans capteur externe. On pourra aussi, grâce à l’éditeur de séance intégré à la Suunto App, ou via les partenaires Training Peaks ou intervals icu, programmer des séances complexes de course à pied avec une cible en puissance.

L’avis de Runmag

Habitué aux modèles précédents de la marque, le changement d’interface n’a pas été facile à appréhender.
Néanmoins, après quelques séances, le confort gagné efface les doutes du début et on apprécie cette refonte. A l’utilisation, on sent aussi le gain en fluidité. Plus de changement d’écran hésitant, de boutons qui réagissent avec un temps de retard, c’est bien plus agréable.

L'autonomie annoncée est tenue, avec les classiques variations en fonction du nombre de capteurs reliés à la montre. Mais en configuration classique, avec une ceinture cardio, les 37h sont largement assurées.

La puissance en course à pied reste un domaine assez peu exploité et explorer, sans réel consensus ni réalité tangible derrière. Mais Suunto, habituellement pas avant-gardiste sur les fonctionnalités, parvient à proposer cela sur son nouveau modèle. Dans nos tests, la valeur calculée semble plutôt cohérente avec l’effort fourni, et surtout, totalement comparable aux valeurs données par un capteur Stryd, qui fait office de maître-étalon dans le domaine.

Si elle ne révolutionne pas l’offre des montres GPS actuelles, la Suunto 9 Peak Pro devrait convenir aux sportifs à la recherche d’une montre complète, très simple d’utilisation et fiable. La Suunto App que nous avons détaillée lors du test de la Sunnto 5 Peak est toujours aussi agréable à utiliser, et continue de s’enrichir (ajout d’info sur la surface du sol lors de la création de parcours, création de séances d'entraînement complexes, gestion des fonctionnalités SuuntoPlus et SuuntoGuides via un Store…)

Pour terminer, nous vous suggérons de tester notre comparateur rundeals.fr qui liste (en particulier) les bons plans sur les Suunto 9 Peak Pro. RunDeals, un service développé par RunMag !